"J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé."

Search

L'ego, ami ou ennemi?



L'ego est un mystère. Il suscite d'ailleurs plus de questions que de réponses : qu'est-il (vraiment) ? Est-il (vraiment) négatif ? Si oui, comment faire pour s'en libérer ?


Qu'est-ce que l'ego ?

L'ego est difficile à définir, car il est invisible (comme l'électricité) et seules ses manifestations (négatives) sont visibles. Et il est plus facile de voir l'ego des autres que le sien. Enfin, il n'y a pas de définition officielle de l'ego. On tentera de l'expliciter de quatre façons : un conte, un exemple concret, des images et une définition.


La légende des Deux Loups

"Un soir, un vieil indien raconte à son petit- fils : En chacun d'entre nous se déroule une bataille entre deux loups. L’un est mauvais : colère, envie, jalousie, tristesse, regret, avidité, arrogance, honte, rejet, mensonge, fierté, supériorité. On pourrait l'assimiler à l'attachement excessif à l'Ego. L’autre est l'Amour : gentillesse, bienveillance, empathie, générosité, vérité, compassion, joie, paix, espoir, sérénité, humilité et foi. Le petit fils réfléchit un instant et demande à son grand-père : Lequel des deux loups va gagner ? qui lui répond simplement: Celui que tu nourris..."


L'exemple de CunEGOngonde

- Dis Paul, c'est quoi l'ego ?

- C'est ta mère !


Elle paraît plus vieille qu'elle ne l'est : son visage est creusé, ridé, asymétrique et ingrat (elle louche). Son regard est triste, sec, vide et agressif... comme elle ! Seule, elle fait fuir tous ceux qui veulent l’aider. Insupportable : elle commente, juge et critique tout et tout le monde. Frustrée, elle ne complimente ou ne félicite personne. Elle rumine ou boude dans son coin. Elle a toujours raison et est en conflit avec tout le monde. Elle n’aime personne, même pas elle. Elle incarne l’ego.


Les représentations de l'ego

Il est souvent représenté par des animaux : pieuvre ou hydre, sangsue, vampire ou parasite (pour les Toltèques), loup ou tigre (en Asie) et enfin hamster (pour Serge Marquis), ou par des objets: vêtements (masque, costume, lunettes), oignon, brouillard, cancer (la maladie), oeuf, baudruche, soleil noir et enfin le diable (christianisme).

Les facettes de l'ego

C'est un mystère et paradoxe : il est en nous, mais n'est pas nous. Ce n'est pas le moi, mais un faux moi, un pseudo-moi. Ce n'est pas la personnalité, mais une sous-personnalité. Ce n'est pas notre vraie conscience, mais une conscience altérée, partielle et partiale. Ce n'est pas un vrai besoin, mais celui de paraitre parfait, de tout contrôler ou d'avoir raison. Il n'a rien de réel, c'est une illusion et une coquille vide, qui repose sur la peur, la séparation (solitude) et l'opposition (contre). L'ego n'est pas libre, c'est une réaction défensive et agressive dont nous sommes esclaves...


L'ego est-il négatif?

Pour les Occidentaux, c'est un mal nécessaire pas si grave que cela, qui peut même s'avérer utile, voire positif. Normal: la civilisation occidentale moderne repose sur l'ego, depuis Descartes : "JE pense donc JE suis" (1623). En revanche, pour la plupart des maitres spirituels (la plupart "orientaux"), l'ego n'a rien de positif, puisqu'il est le contraire de l'Amour, notre face obscure (Mister Hyde), notre part d'ombre, notre "diable" interne. Cet attachement maladif à notre image ne produit rien et n'apporte rien.


L'ego est un faux ami, un ami qui nous veut du mal. Il se trahit par l'absence d'authenticité, d'honnêteté, de fluidité, d'humour, d'amour et d'humanité, ainsi que par des traits de caractère : égoïsme, égocentrisme, narcissisme, individualisme, avidité, possessivité, matérialisme, avarice, susceptibilité et paranoïa. Il produit quasiment toutes les émotions négatives et surtout la haine. Il nous pousse à nous défendre : justification, rationalisation, déni, refoulement, projection. Enfin, il génère des comportements infantiles (fuite, refus, communication négative) ou destructeurs : vol, délinquance, agressivité, violence, sabotage, destruction, relations toxiques (domination, manipulation, culpabilisation, harcèlement)...


Individuellement, se libérer de l'ego permet donc d'être plus heureux et en meilleure santé physique et psychique, d'avoir plus de confiance en soi, de plaisir et de joie, plus de communion et d'union, de paix et d'harmonie (moins de conflits), une meilleure communication et plus d'Amour, plus d'énergie, de temps, d'intelligence et d'efficacité.


Collectivement, s'en libérer diminue ou supprime racisme, sexisme, nationalisme, domination, oppression, exploitation, délinquance et guerre. Cela permet de mieux vivre ensemble et de développer fraternité, égalité, liberté, cohésion, solidarité, entente, paix et réussite.


Comment se libérer de l'ego ?

Il existe quatre moyens de s'en libérer : le supprimer, le limiter, le neutraliser et le transformer en allié.

  • Supprimer l'ego est probablement impossible (en Occident), car c'est le travail d'une vie ?

  • Limiter l'ego est plus facile. C'est le rôle de certaines institutions : famille, école et surtout religion (dont c'est la vocation). D'autres institutions (police, justice, armée) peuvent le modérer ou le corriger.

  • Neutraliser l'ego relève de la responsabilité de chacun. Pour y parvenir, les voies spirituelles sont utiles: sagesse toltèque, chamanisme, méditation, yoga, initiation... Les techniques psychothérapeutiques également, en nous aidant

  • à être plus attentif, conscient, présent, à travailler, coopérer, servir, aider, écouter, donner, pardonner, lâcher prise, oser, créer, (faire) rire et aimer...

  • Transformer l'ego en allié consiste à passer de la blessure à l'Amour (souffrance ou blessure > besoin insatisfait), du jugement au besoin (jugement > émotion > frustration > besoin insatisfait), de la négativité à l'assertivité (en parlant

  • de soi (Je) AUX autres et non SUR les autres (Tu / Vous) ou à leur place (On / Nous), passer de l'ego à l'Amour (prendre conscience de l'ego > identifier l'Amour derrière > répondre par l'Amour).


Conclusion: Si l'ego est omniprésent, les moyens de s'en libérer ne manquent donc pas. Lesquels utilisez-vous (déjà) et lesquels allez-vous utiliser ?




Patrice Ras

Conférencier, formateur, auteur

www.patriceras.com



Articles du dernier numéro