"J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé."

Search

Qui a tué la poule aux œufs d’or ?



Il fut un temps où le marché du bio s’apparentait à la célèbre fable de la poule aux œufs d’or. Il faut dire qu’à une époque, quasi chaque semaine, un nouveau magasin bio ouvrait ses portes quelque part en Belgique, et en particulier en Wallonie*.



Et puis, comme chacun le sait, est arrivé ce fichu Covid. La poule n’est pas tombée malade tout de suite. Elle a même pondu, au début de la crise, des beaux œufs bien dorés. Les clients semblaient apprécier ses œufs locaux de proximité. De quoi donner l’espoir et l’illusion qu’un point d’inflexion était peut-être atteint et que le consommateur ferait désormais le choix du bio et du local au quotidien.


Mais la crise n’a finalement épargné personne, pas même la poule aux œufs d’or.


Ses œufs se sont ternis, à coup de gel hydroalcoolique. Petit à petit, les clients ont oublié qu’on pouvait prendre du plaisir à aller faire ses courses en magasin. Il faut dire : être minuté, faire ses courses seul, et les faire masqué, cela n’a pas aidé... Soudain, faire ses courses est redevenu une corvée. On a commencé à prendre ses distances, à moins parler, à moins rire, à moins échanger, à moins goûter de bons produits. On a commencé à commander en ligne : c’est rapide, simple, efficace, mais aussi tristement inhumain.


Comme si cela ne suffisait pas, la crise sanitaire a été suivie par une crise économique. Hausse du chômage, secteurs entiers en difficulté, hausse des prix énergétiques, inflation... Les clients ont commencé à compter. Les dépenses alimentaires sont devenues secondaires et ont servi de variable d’ajustement dans un budget familial souvent malmené. A défaut de pouvoir manger moins, c’est le « manger mieux » qui en a pris pour son grade...


La poule aux œufs d’or ne pondait plus aussi régulièrement. Le fermier a fini par devoir se résoudre à fermer pour la première fois quelques points de vente, par ci par là**. Perplexe, il se demande encore aujourd’hui où sont passés certains de ses clients réguliers. Pour lui, le bio allait continuer de grandir, il n’avait pas envisagé ni anticipé cette récession inattendue.


Où sont passés les clients ? Peut-être ont-ils trouvé des marchands d’œufs dorés en ligne ? Peut-être les marchands avides de la grande distribution ont-ils saisi leur chance en leur vendant des œufs plaqués or, au rabais ? A ce stade, nul ne le sait vraiment... Mais le constat est là : la poule aux œufs d’or n’est plus celle qu’elle était et vit pour la première fois de sa vie un moment de doute.


Les esprits positifs se rassureront en se disant que malgré une année compliquée, la poule aux œufs d’or est toujours vivante. Que, peut-être, cette crise de croissance lui permettra de se ressourcer, de se recentrer sur la production d’œufs en or de qualité. Les plus pessimistes prédisent la suite de l’hécatombe, et la fermeture de nombreux points de vente indépendants qui s’essoufflent à force de tenir leur commerce à bout de bras. Qui aura raison ? Seul l’avenir le dira...


Une chose est sûre, toutefois : sans clients fidèles, les magasins bio ne sont rien. Sans clientèle, les œufs en or ne brillent plus et pourraient finir par s’éteindre.


Si je ne devais avoir qu’un seul souhait, cela serait celui-ci : qu’à défaut de pouvoir se serrer la main en magasin comme avant, on se serre les coudes. Qu’ensemble, nous soutenions nos commerçants bio et de proximité. Car pour y travailler, je peux vous dire que même derrière un masque se cache toujours un sourire qui vous y attend.


Consommer bio, consommer local, ce n’est pas accessoire ni anecdotique : ce n’est ni plus ni moins que vital.











 

* Le bureau d'études Sirius Insight a fait les comptes. En 2020, on répertorie 690 points de vente, répartis sur l’ensemble du territoire belge, contre... 265 en 2018 (mais l'observatoire de l'agriculture biologique parle de 600 points de vente).

** En France, à mi-année 2021, 24 magasins bio ont fermé leurs portes. La Belgique semblerait suivre avec un peu de retard la même tendance.