"J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé."

Search

Vive les vacances !




Voilà la période des vacances, en tout cas pour les personnes qui ont la chance d’en prendre. Je voudrais vous montrer qu’il y a beaucoup de points communs entre les vacances et l’expérience spirituelle d’éveil.


D’abord, pendant les vacances, on bascule naturellement du mode « faire » au mode « être », sauf bien sûr pour certains touristes affairés qui continuent dans la même agitation et qui veulent « faire la Grèce » ou « faire Rome » ! Le mode “être” est une manière de vivre sans attente, libre de but où on sait se déposer dans le présent sans être obsédé par le passé et le futur. Si les vacances sont assez longues, on ne sait même plus quel jour de la semaine on est ! Parfois en vacances, le temps semble ne plus passer ; il est là, palpable, réel et se mêle à la présence éternelle du monde. Le temps n’est plus ennuyeux du tout, il semble neuf et frais, plein de promesses. Tous les grands philosophes et sages nous invitent à habiter le présent de cette manière pour découvrir qu’au cœur du présent se trouve l’éternité.


En vacances, on peut enfin retrouver la joie de contempler les choses que d’habitude on ne voit pas : un coucher de soleil, la forme bizarre d’un nuage…On peut entendre ce que souvent on n’écoute pas : le bruit de la mer, le chant des cigales, le bourdonnement d’une abeille dans la chaleur de l’été…Or, la spiritualité c’est justement cela : prêter attention au monde, non pas de manière abstraite et religieuse, mais concrète : par ses sens… la vraie spiritualité est une expérience physique d’attention au monde. Le monde s’éveille de sa torpeur comme rafraichi lui-aussi par un bain dans un torrent de montagne.


Mais surtout, vacance signifie « vacuité », « vide ». En vacances, on se vide de tout ce qui alourdit notre vie : le travail, les soucis, les rôles sociaux. En un sens, on se vide du personnage auquel nous nous identifions dans le quotidien. En nous mettant en maillot de bain, nous nous libérons de notre costume trop étroit, celui de notre métier par exemple. Or qu’est-ce que la spiritualité, sinon ce mouvement de dépassement du personnage en nous ? Les vacances peuvent nous permettre peut-être de réaliser en nous la grande Vacance, celle de notre vraie nature. Car, si je retourne mon attention vers mon intériorité, je découvre un Vide infini, un Rien conscient, une Capacité d’accueil inconditionnelle. Ce vide d’ailleurs n’est pas simplement vide, il est aussitôt rempli par le monde, par le mystère et la joie de l’existence.


Au fond, la spiritualité nous invite à demeurer toujours en vacances, en nous éveillant à La Grande Vacance.













Articles du dernier numéro