"J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé."

Search

La médiumnité spirituelle - une voie de développement et d'éveil à la vie



La médiumnité spirituelle est au carrefour de la psychologie et de la spiritualité. Sa pratique permet de se mettre en reliance avec le monde des esprits, à travers des exercices accessibles à tous, pour amener des changements profonds pour chacun d’entre-nous et notre monde.



Communiquer avec l’au-delà. Pour certains, la chose est littéralement extra-ordinaire. Pour d’autres, elle parait effrayante, voire impossible. Pour beaucoup d’entre-nous, la médiumnité est un mot et une pratique qui ont perdu de leur sens car confondus et réduits à de la voyance et/ou nourris de peur face à la mort, aux mondes des âmes (peur d’entités, de l’enfer…). Autant de notions effrayantes, issues du 19ème siècle avec les écrits du célèbre médium Allan Kardec très fortement inspirés de la culture catholique de son époque, appréhensions qui sont également induites et renforcées aujourd’hui, par certains films ou séries fascinantes, évoquant des âmes bloquées ou des cas de possession.


Paradoxalement, certaines personnes ayant eu des contacts avec le monde des esprits (personnes décédées, guides…) évoquent un amour inconditionnel, indescriptible. Ils décrivent une relation avec l’autre monde qui les a transformés, amenant plus d’ouverture et de sens dans leur vie, les guidant vers un chemin d’amour et d’enseignement.


Ghandi disait : « L’amour ne craint rien ni personne. Il tranche la peur à sa racine même ». Autant la peur appartient à la psyché, autant l’amour appartient à notre nature profonde, notre nature spirituelle.


La médiumnité spirituelle


Le mot « médium » vient de l’anglais et il signifie intermédiaire. Ce vocabulaire a été introduit dans notre langue, au 19ème siècle à la suite des pratiques médiumniques spiritualistes, originaires des pays anglo-saxons comme les Etats-Unis, l’Angleterre…La médiumnité a toujours existé chez les hommes et femmes guérisseurs, chamans, messagers entre les mondes.


Jusque fi n du 19ème siècle, le médium ou le guérisseur est vu comme un être humain ayant reçu de Dieu un don, lui permettant d’agir et de communiquer avec des entités qui ont un impact sur la maladie, le bien être des personnes. C’est l’extérieur qui agit sur lui.


A partir du 20ème siècle, avec la psychanalyse, la vision du monde et de l’être humain change. Celui-ci est constitué d’énergies psychiques qui influencent sa vie : l’inconscient, ses conflits intrapsychiques… C’est son intériorité qui agit sur lui. Tout un champ de recherche s’ouvre alors pour comprendre ce qui nous constitue, ce qui défi nit l’âme, la conscience, l’inconscient personnel et collectif…


Aujourd’hui, nous pouvons avoir une vision moderne de la médiumnité en incluant les états psychiques. La médiumnité spirituelle se situe au carrefour de la psychologie et de la spiritualité.


Une capacité – un don ?


Certains psychiatres du 20ème siècle comme C.G Jung, Stanislas Grof et bien d’autres se sont penchés particulièrement sur le processus de médiumnité et ses effets. Ils la définissent comme une capacité inhérente à l’être humain. Pour eux, c’est un élargissement de notre conscience, appelé aussi état de transe. Bien évidemment, cette capacité est déjà très développée chez certaines personnes de façon naturelle. Parfois, nous ne la développons pas parce que celle-ci est niée par la société et par notre éducation. Chacun d’entre nous possède un ou plusieurs talents appelés dons, comme celui de la musique, de la médecine, du bricolage, des mathématiques, de l’écriture, etc.


Qu’est ce qui fait qu’une capacité devient un don ? A partir du moment où nous décidons de nous « don-ner » à cette capacité. Pour cela nous devons lui consacrer du temps, non seulement pour la faire grandir en nous mais aussi pour partager ces bienfaits avec l’autre. Les personnes qui décident d’approfondir une pratique parce qu’ils sentent l’appel de leur âme, comme une passion, témoignent de l’engagement que cela nécessite. Elles expriment toutes comment cela les nourrit, les apaise, les équilibre et leur donne envie de partager…


Se mettre dans la force


Développer ses capacités médiumniques et approfondir la pratique demandent de contacter notre nature de médium : notre intuition, nos émotions, être à l’écoute de ce qui nous traverse et voir au-delà des apparences, à l’aide de nos capacités extra-sensorielles (clairvoyance, clairaudience, clair-ressenti…). L’intuition ainsi que nos capacités extra-sensorielles, sont des connaissances sans lien logique avec l’extérieur qui nous viennent de l’inconscient. Celui-ci comme un radar captent les énergies subtiles et les restituent au besoin.


L’état de transe nous permet de laisser plus de place aux énergies subtiles et nous permet ainsi d’accueillir pleinement le monde des esprits. Cette pratique se nomme « se mettre dans la force ». Cela fait très Jedi n’estce pas ? C’est incroyable comment certains films évoquent une spiritualité et une pratique médiumnique vieille de plus de 150 ans.


Se mettre dans la force nous demande de contacter notre lumière et notre joie, pour augmenter notre énergie, expanser notre conscience pour rencontrer l’amour du monde des esprits. Nous nous mettons alors dans notre puissance pour ne faire qu’un avec la puissance du monde des esprits.


Pour une trans-mission


Lorsque nous nous retrouvons dans cet espace, nous devenons messager. En tant que médium nous nous ouvrons à l’expérience, à l’enseignement. Nous nous mettons alors au service des différents mondes pour amener une trans-mission de :

  • Guidance Dans le monde des esprits, certaines énergies guides ont pour mission de nous soutenir et de nous inspirer sur notre chemin de vie, de nous permettre d’aller à la rencontre de nous-même. Nous n’avons pas qu’un seul guide mais plusieurs, chacun ayant un « domaine d’expertise ». Si nous nous mettons à leur écoute, nous nous relions profondément alors à nous même et agissons en respect avec la nature du monde.

  • Reliance L’expression « monde de l’au-delà », nous donne une vision de séparation. Il est au delà de la mort, inaccessible. Or, la pratique de la médiumnité nous enseigne que le monde des esprits ne se situe pas ailleurs, nous en faisons partie. Croire qu’il s’agit d’un autre territoire, c’est comme croire que les oiseaux, les plantes, etc., font partie d’un autre monde. Nous pouvons peut-être nous sentir séparés de la nature. Cependant, nous faisons naturellement partie d’un écosystème. Nous sommes tous capables de reliance, la mort n’est qu’une porte vers un ailleurs et une continuité du chemin.

  • Guérison Lorsque nous contactons les défunts et qu’ils nous disent que le lien d’amour est toujours présent et qu’ils continuent leur chemin, notre vision de la vie et de la mort peuvent alors se transformer. Si nous ne craignons plus la mort, nous ne craignons plus de vivre non plus. Nous pouvons être plus en harmonie et plus en respect avec ce qui nous entoure.

Pour un changement de notre monde


Nous sommes des êtres spirituels venant faire l’expérience d’une vie incarnée. Et non des êtres incarnés qui doivent mériter le monde spirituel. C’est ce chemin que propose la médiumnité spirituelle : une « mise en relation » vivante, une façon de regarder le monde et les mondes au-delà des apparences à travers l’expérience directe.

La relation réciproque entre les mondes peut devenir pour chacun un chemin d’intériorité, au service de la communauté et de cette terre qui a besoin que nous soyons dans une écologie intérieure, pour enfin la respecter.













Articles du dernier numéro