"J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé."

Search

2030 vu par Rob Hopkins



Au premier jour de l’Automne 2021, nous avons eu le grand plaisir et privilège de rencontrer Rob Hopkins, célèbre auteur, enseignant en permaculture et initiateur du mouvement des villes en transition. Particulièrement intéressés par sa connaissance et son implication autour de ce thème, nous lui avons proposer de nous rencontrer pour qu’il nous offre le cadeau d’un instant d’imagination et de rêve, un instant qui nous permettrait d’entrevoir un avenir possible et souhaitable si les forces de changement se mettent résolument en marche.


Nous nous sommes ainsi laissé aller à une discussion nous projetant dans le futur mais cette fois, au contraire de ce que nous lisons, entendons et voyons trop souvent, un futur positif, un futur heureux.


Installez-vous confortablement, oubliez quelques minutes le monde qui vous entoure, préparez-vous à rêver et autorisez-vous à croire en ce récit.


Rob Hopkins : « Nous sommes en 2030. Nous utilisons beaucoup plus les lettres RE dans notre langue : nous reconstruisons, novons, utilisons, recréons, inventons.


Toutes les nouvelles politiques doivent préalablement être validées par le nouveau Ministère de la Décence, de la Joie et de l'Imagination et cette ville annonce aujourd’hui, avec une immense fierté, qu'elle est devenue la première ville zéro carbone du pays.


Le financement des prisons et des forces armées a totalement cessé et ces budgets sont dorénavant investis dans des programmes de soins de santé préventifs et de bien-être gages d’une société pleine de vitalité et créativité.


L'insécurité financière a été éradiquée grâce au revenu de base universel : les gens travaillent maintenant par choix et non par obligation.


Tous les espaces de travail autrefois occupés par les grandes institutions financières ont cédé la place à des espaces de création de toutes sortes, autant pour les techniciens que pour les artistes.


Les compagnies pétrolières et gazières se sont reconverties : leur rôle est à présent de veiller à ce que les énergies fossiles restent dans le sol. Plus de 100 compagnies d'énergies, désormais renouvelables, s’enorgueillissent d’être les gardiennes du carbone, et s’assurent qu’il reste dans le sol comme un élément-clé de leur héritage historique.


Toutes nos institutions, universités et gouvernements ont maintenant stoppé leurs investissements dans les combustibles fossiles. Ils n'investissent plus dans ce qui pourrait nuire à l'avenir des prochaines générations : ils réinvestissent dans la ville, des projets d'agricultures durables, les énergies renouvelables, le réaménagement de bâtiments mis au service dorénavant de la communauté, et la production de nourriture locale pour les écoles ainsi que les organisations économiques et sociales.


Le système éducatif a aussi énormément changé. Il n'y a plus de notes, perçues comme décourageantes et dévalorisantes. L’apprentissage est davantage basé sur le jeu et l'école valorise les expériences pratiques et la coopération. Il n'y a plus de pression de la part de l’entourage pour souscrire à certains points de vue ou suivre une voie particulière. Les jeunes peuvent s’exprimer librement et leurs expériences vécues sont réellement valorisées et précieuses.


De plus, la ville n'est plus la même depuis la naissance du Ministère de l'Imagination en 2022 : elle est devenue un immense laboratoire auquel chacun peut participer. Nous pouvons entendre des rires d’enfants mais d’adultes aussi. Les villes regorgent d'activités, il y a des gens partout qui s’adonnent à leurs loisirs ; ils évoluent librement dans leur corps peu importe leur état physique, leur taille, leurs capacités, leur genre, la couleur de leur peau, leur âge. Tout est acceptable et accepté. Au lieu de se racheter des vêtements, nous les rapiéçons, les transformons et tout le monde encourage cette pratique. L'air est parfumé de tout qui pousse, de la nature. L’espace sonore est à nouveau empli de chants d'oiseaux et la ville ressemble maintenant à un parc ou à une forêt parsemée de bâtiments. Tous les enfants de la ville ont accès à une nourriture saine et les rivières sont maintenant si propres que les gens s’y baignent.


Il y a toutes sortes de réapprentissages : un environnement net et entretenu est une idée démodée puisque nos paysages sont maintenant beaucoup plus sauvages et désordonnés stimulant la biodiversité de nos villes. Nous voyons des insectes et des papillons et nous entendons des oiseaux. L'accès à la nature a été reconnu droit universel, un droit de l'homme. ».


En 2021, nous ne sommes pas moins capables que nos aïeux de réaliser cet avenir, dépasser le stade de l’utopie. Sapiens est le seul être vivant sur cette planète à créer des histoires, les croire et les actualiser. D’ailleurs plusieurs des projections citées par Rob sont effectives dans différents coins du monde (Grande Bretagne ; Finlande ; Belgique ; États-Unis ; France …) : de doux rêveurs sont passés à l’acte. Il nous appartient donc d’inventer notre propre prophétie, de la partager, d’y croire, d’ajuster nos comportements et d’ouvrir nos yeux sur un avenir meilleur, un avenir à portée de main.





Articles du dernier numéro