"J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé."

Search

Prendre soin de notre métabolisme cérébral



Alors qu’il ne représente qu’une petite fraction de notre masse totale, le cerveau, en particulier nos synapses, consomme près de 20% de l’énergie disponible dans notre corps. Pour croître, subsister et fonctionner, le cerveau doit donc disposer des matériaux nécessaires. Afin de permettre, d’une part, la synthèse et le renouvellement des constituants cellulaires et afin de couvrir, d’autre part, ses besoins énergétiques, le cerveau utilise des substances spécifiques qu’il synthétise ou trouve dans la circulation sanguine, apportées par l’alimentation.


Certains nutriments dits «essentiels» n’ont pas (ou peu) de possibilité d’être élaborés par l’organisme et doivent être apportés par l’alimentation. Si l’apport est insuffisant, une carence se manifeste et un ralentissement dans les chaînes métaboliques est probable. Il existe aussi ce que l’on appelle les «nutriments secondaires» synthétisés lentement par le corps. En cas de besoin important, l’alimentation doit alors apporter un complément à la quantité fabriquée par l’organisme lui-même.


Pour ces deux raisons, les «nourritures de l’esprit» sont indiquées et encore plus spécifiquement pour les personnes actives et les seniors.


Le vieillissement de la population, notre alimentation trop grasse, l’appauvrissement nutritif et la complexité croissante de nos environnements et leurs conséquences sanitaires (maladies neurodégénératives et cardiovasculaires notamment), ont conduit la science à s’intéresser de près à notre métabolisme cérébral dans une perspective de maintien, voire d’amélioration, des capacités cognitives.


Ces études nous révèlent notamment les points suivants :


- la plasticité cérébrale (1) : capacité du cerveau à remodeler ses connexions : le cerveau n'est pas immuable. Au contraire, il évolue tout au long de la vie.

- le sucre n’est pas la seule énergie nécessaire : le métabolisme cérébral ne consiste pas uniquement en l’oxydation des sucres et en l’approvisionnement énergétique des cellules nerveuses mais en la synthèse d’enzymes cérébraux, la synthèse protéique, la synthèse des neurotransmetteurs, la taille et la croissance synaptiques notamment.

- corps et esprit ne sont pas séparés : les conceptions selon lesquelles le corps et l’esprit seraient séparés, ou encore que l’esprit et la matière sont indépendants, sont obsolètes :

  • la qualité de la pensée dépend de la qualité du tissu neuronal dont le remodelage dépend directement de la qualité́ des nutriments ;

  • le corps humain peut être considéré comme un grand « cerveau mobile » : la boîte crânienne, la moelle épinière et les plexus à travers l’ensemble du corps se ramifient et se terminent au niveau cellulaire via la neurotransmission.

On comprend alors tout l’intérêt d’être attentif à notre alimentation et notre éventuelle supplémentation dont dépendent largement nos capacités cognitives mais également notre psychisme (pensée, émotion, conscience…). C’est dans ce contexte que la rédaction d’Être Plus a rencontré Stéphane Dumonceau, fondateur de Psychomed et pionnier belge en neurosciences. En effet, Stéphane innove une nouvelle fois en mettant au point une boisson anti-oxydante, détox et énergisante combinant différents extraits de plantes. Élaborée avec un pharmacien et un biologiste, le breuvage comprend plus de 50 composants, parmi lesquels des vitamines, A, B, C et E, différents minéraux tels que calcium, magnésium, cuivre, fer, zinc, mais aussi guarana, gingembre, acerola, ginseng, chardon- marie, aubier de tilleul et fi gue de barbarie.


Entretien


Être Plus : Le drink mis au point par Psychomed est-il une alternative valide aux compléments alimentaires classiques ?


Stéphane DUMONCEAU : La réponse comprend 4 aspects :


  1. l’assimilation est supérieure, car sous forme liquide, et donc la biodisponibilité est optimale pour l’organisme;

  2. le coût : l’équivalent de la canette correspond à 8 gélules (au moins) dont le coût moyen journalier en (para)pharmacie est de 8,87 euros. Le drink est donc 3 fois moins onéreux que les compléments classiques ;

  3. la praticité : sur le plan pratique, il est usuel et plus agréable de consommer des compléments alimentaires se présentant de la sorte, sans parler des qualités gustatives reconnues ;

  4. la qualité des principes actifs : ils sont tous labellisés bio, sans aucun conservateur et les colorants (safran ou carotte) sont également bio.


EP : Pourquoi avoir choisi un conditionnement sous forme de cannette type soda ?


Stéphane : Les cannettes, dont les composants sont recyclés et recyclables, sont indiscutablement pratiques et répondent aux demandes de nos consommateurs en matière de solidité, de conservation, de stockage et de transport.


EP : Comment se procurer le Drink ?


Stéphane : Depuis sa création, Psychomed refuse de travailler avec la grande distribution et a toujours mis l’humain au cœur de son projet. Nous avons patiemment constitué un réseau d’ambassadeurs très proches de nos clients, formés et allant à leur rencontre pour les écouter, les conseiller et les livrer.



 

(1) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3222570/