"J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé."

Search

Les graines germées, l’aliment vivant par excellence


Si en l’espace d’un siècle, plusieurs phénomènes ont considérablement modifié notre rapport à la nature et l’alimentation, il est aujourd’hui heureux de constater qu’un des souhaits de plus en plus partagé, serait de se rapprocher à nouveau de cette nature dont nous émanons et de revenir à une alimentation plus respectueuse tant des besoins du corps que de l’aliment lui-même. En d’autres mots, à une alimentation naturelle, la plus vivante possible.


La germination, un procédé ancestral salutaire

En effet, ce procédé ne date pas d’hier ! Que ce soient les Gaulois avec leur bouillie de millet, les Aztèques avec leur bière à base de maïs germé ou les Esséniens avec leur pain de blé germé, la pratique de la germination existe depuis la nuit des temps dans toutes les civilisations. Et aujourd’hui, force est de constater que l’alimentation industrielle, transformée, complètement dénaturée, détruit notre organisme et que les maladies dites de civilisation (à savoir les troubles cardiovasculaires et neurodégénératifs, le diabète, l’obésité, les cancers) sont en forte augmentation.

Fort heureusement, l’alimentation vivante, naturelle commence à reprendre ses lettres de noblesse.

Une graine germée, un véritable concentré de vie

Quand on y pense, quelle magie que la nature ! La graine possède en elle toute l’énergie nécessaire pour faire naître une plante ou un arbre entier. En consommant des graines germées, nous bénéficions de toute l’énergie de celles-ci. Une véritable bombe de vitalité et de longévité.


Selon le docteur Edmond Bordeaux Széléky, il existe quatre catégories d’aliments, qu’il classe d’après leur vitalité. Les graines germées ainsi que les jeunes pousses et les algues figurent aux premières loges.

Il les nomme  : les aliments biogéniques, ceux qui donnent la vie. Quant aux fruits, légumes et oléagineux crus que sont les aliments bioactifs, ils entretiennent la vie. Les aliments biostatiques que sont les aliments cuits, ralentissent la vie. En enfin, les aliments biocidiques, contenant des produits chimiques, nous tuent insidieusement.

Dès lors, nous dit-il, lorsque notre alimentation dépasse quotidiennement 25% des deux dernières catégories, notre organisme s’encombre de déchets difficiles à éliminer et l’inflammation, l’oxydation et la glycation s’installent, créant des  maladies dites de civilisation.


La germination est un procédé enzymatique

Nous ne pouvons vivre sans enzymes, ces petites substances de nature protéinique requises par toutes les réactions chimiques qui se déroulent dans le corps humain. Aucun sel minéral, aucune vitamine, aucune hormone ne peuvent réagir sans enzymes. Leur caractéristique est la spécificité de leur action. Certaines permettent la transformation des nutriments complexes (glucides, lipides, protides) en nutriments simples (glucose, acides gras, acides aminés), ces derniers étant les seuls à pouvoir passer la barrière intestinale. Grâce aux enzymes nutritives apportées par l’aliment lui-même, la germination, étant un procédé enzymatique, allège les charges digestives de notre organisme.

A contrario, si nous consommons des aliments pasteurisés ou cuits, nous sommes contraints d’utiliser les enzymes de notre métabolisme général, ce qui nous prive de ces dernières, utiles pour d’autres tâches, notamment le fonctionnement de notre système immunitaire, la reconstruction cellulaire,…


Rappelons-nous que nous bénéficions d’un capital enzymatique de départ, d’une « quantité de vie », d’une énergie ancestrale (Zong Qi), pour reprendre les termes de la médecine chinoise.


Ces enzymes s’épuisent petit à petit, mais il est possible de gérer ce « capital de vie » sans le gaspiller ou bien de l’user prématurément, selon notre mode de vie et nos habitudes alimentaires.


Aujourd’hui, on peut observer que le vieillissement précoce est très certainement lié aux carences en enzymes alimentaires, sachant que les enzymes sont très sensibles à l’acidité ainsi qu’à la chaleur. Elles sont détruites dès 45°C. En conséquence, bon nombre de personnes se complémentent en enzymes sous forme de gélules. Mais ne serait-il pas plus cohérent, moins coûteux aussi et très certainement plus savoureux de bénéficier de ce que la nature nous offre en consommant des aliments vivants, tels les graines germées ?



Les jours raccourcissent et le climat se rafraîchit. L’automne est à notre porte. Moins de variété dans nos potagers, c’est l’occasion de créer notre petit jardin intérieur. Faire pousser des graines chez soi dans la cuisine, une pièce où il fait bon vivre. Les arroser chaque jour, les observer s’éveiller, sortir de leur dormance, un rituel qui demande peu de temps et qui fait du bien au cœur, au corps et à l’esprit.


Bonne récolte et plaisir gustatif assuré !






Karin Schepens, naturopathe


Articles du dernier numéro

31, Rue de la Terre Franche

5310 Longchamps, Belgique

hello@etreplus.be

Tél : 081 43 24 80

  • White Facebook Icon

© 2019-2020 Être Plus. Tous droits réservés.