top of page
Ancre 1

"J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé."

Search

Le nerf vague, source d’énergie et de santé : la théorie polyvagale




Le nerf vague


Le nerf vague est un nerf crânien. Il est appelé également nerf N°10 (ou anciennement nerf cardio-pneumogastrique) car il fait partie des 12 paires de nerfs crâniens. Il sort à la base du crâne derrière les oreilles pour se diriger vers le cou, le pharynx, le larynx, … et descend au niveau du thorax, du coeur pour ensuite s’occuper du système digestif.


Il est le plus long, le plus « couvrant » et le plus errant (nous ne connaissons pas encore toutes ses ramifications et collatérales) des nerfs crâniens. Il est constitué de fibres motrices, de fibres sensitives (80% donc il reçoit beaucoup d’informations pour les « remonter » vers le cerveau) et est riche en fibres parasympathique (système de récupération du corps). Les systèmes para- et ortho-sympathique constitue ce qu’on appelle le système nerveux autonome (SNA).



Stimuler artificiellement le nerf vague ?


Le nerf vague peut être stimulé par voie interne (via un implant situé au niveau du cou) et cette technique est utilisée dans les cas rebelles d’épilepsie ou de dépression.


Plus facilement, il peut être stimulé via une électrode que l’on va placer au niveau de l’oreille gauche. Cette technique utilisée quotidiennement peut être intéressante dans les cas de fatigue importante, covid long (voir étude Neurocov à l’ULB),…


Un nerf vague ventral en pleine forme est un nerf qui fonctionne en synergie harmonieuse avec certains autres nerfs crâniens. Essentiellement les nerfs oculo-moteurs de l’oeil (d’où l’importance d’une bonne mobilité du globe oculaire), le nerf trijumeau (nerf de la face et de la posture), le nerf vestibulo-acoustique (nerf de l’équilibre et nerf de l’audition), le nerf glosso- pharyngien (pharynx, voile du palais) et dans une moindre mesure les nerfs spinal (innerve muscles trapèzes et sterno-cléido-mastoïdien) et hypoglosse (mastication, succion, déglutition, parole).


C’est ainsi que pour stimuler ou restaurer un bon fonctionnement de ces nerfs, on retrouve l’ostéopathie, la kinésithérapie, les massages, certains exercices et étirements, la cohérence cardiaque, la visualisation, la musicothérapie, les vibrations sonores et la confrontation au chaud et au froid.


Ludovic Leroux, coach et formateur en cohérence cardiaque et en Théorie polyvagale (1), nous invite à nous pencher également, grâce au nerf vague, sur nos émotions, nos sensations, nos comportements et nos pensées.



LA THÉORIE POLYVAGALE


La théorie polyvagale (TPV) est un concept élaboré par Stephen Porges en 1994. Chercheur en neurosciences à l’Institut Kinsey de l’Université d’Indiana aux Etats-Unis, sa théorie est davantage connue en psychologie, dans les domaines allant du stress posttraumatique à l’autisme. En 2011, il publie son premier livre dont la traduction française est sortie en octobre 2021. Et un an plus tard, un livre de poche plus abordable pour le public (2).


Suite à la découverte du paradoxe vagal, S Porges en conclut que nous avions deux nerfs vagues : le nerf vague nouveau (ou ventral) et le nerf vague ancien (ou dorsal). Le nerf vague dorsal s’occupe des organes sous-diaphragmatiques, il est activé quand notre corps identifie un grand danger afin de ralentir au maximum l’organisme jusqu’à l’immobilisation.


Le nerf vague ventral s’active, lorsque nous nous sentons en sécurité, pour retrouver un équilibre apportant santé et calme. Il s’occupe, quant à lui, des organes sus-diaphragmatiques.



Nerf vague et stress


Le SNA (ou système nerveux autonome) régit les mécanismes de régulation involontaire du corps (fonctionnement des organes digestifs, réactions corporelles en conditions physiologiques et de stress).


Le système parasympathique est chargé de tous les processus de récupération du corps après un effort ou une situation stressante. Sauf pour la branche dorsale du nerf vague qui va s’activer, à outrance, lors de l’apparition d’un danger. Nous allons alors rester figé. Le système orthosympathique se met également en branle lors de l’apparition d’un stress réel ou perçu comme étant réel. Il permet au corps de fuir ou de combattre ( libération de cortisol et d’adrénaline, augmentation de la fréquence cardiaque, contraction des muscles, ralentissement de la digestion,…).


Notre corps est donc programmé pour fonctionner en mode survie. Nous passons par tous ces états quotidiennement. Grâce à la théorie polyvagale et ses applications, nous allons apprendre à être davantage connecté à soi pour davantage d’énergie, de bonheur et de santé. C’est-à-dire que nous pourrions, pour garder une santé optimale, entraîner tout ce système afin d’assurer une bonne flexibilité au SNA.


Un état vagal optimal ouvre au sentiment de sécurité et à l’engagement social tel que défini par Stephen Porges. (voir THÉORIE POLYVAGALE)


D’où l’importance des toutes premières interactions du bébé avec sa maman pour une bonne construction de toutes les interactions neuro-sensorielles.



Ostéopathie et nerf vague


De nombreux ostéopathes sont actuellement formés à la théorie polyvagale et à son application dans leur pratique professionnelle.(3)


Après quelques tests, ils vont pouvoir déterminer de quel côté le nerf vague est le plus faible.


Diverses techniques vont viser la tonification de celui-ci mais également, de tous les liens possibles avec ce nerf vague. C’est ainsi que celles visant la base du crâne, les oreilles et les vibrations sonores, le cou, le thorax avec le thymus et le cœur vont être calmement utilisées. Il s’agira de ré-équilibrer tout le système ortho- et para-sympathique.


Des exercices en lien avec les mouvements oculaires, la cohérence cardiaque et la mesure de la VRC (variabilité du rythme cardiaque), la visualisation, le yoga, les pilates, le trempoline, gargarisme, le chant, ….


Tout en étant bien conscient de la suprématie du système vagale ventral sur les deux autres.


C’est en renforçant le vague nouveau que nous allons permettre aux deux autres systèmes de ne pas prendre le dessus ou d’inverser notre tendance en mode survie.



Alimentation et nutriments pro-nerf vague


80% des signaux transitant par le nerf vague remontent des organes au cerveau.


De nombreuses informations, notamment l’état immunitaire et l’inflammation, sont donc transmises à partir du microbiote intestinal (appelé aussi système nerveux entérique).


Le nerf vague soutient la production de BDNF (Brain Derived Neurotrophic Factor), protéine essentielle à la mémoire.


En outre, il va assurer un brassage et une bonne production de l’acide chlorydrique de l’estomac.


Le fonctionnement du foie, du pancréas et du mécanisme de la satiété en dépendent.


  • Les aliments contenant de la choline favorisent la production d’acétylcholine, neurotransmetteur principal du nerf vague. Ce sont, entre autres, les noix, les œufs, les légumineuses, le saumon, le foie, le brocoli, le chou-fleur, le tofu, le boeuf de bonne qualité, le lait de soja et le quinoa.

  • Les pré- et pro-biotiques contribuent à une bonne flore intestinale et donc à un bon fonctionnement du nerf vague. Les produits laitiers non pasteurisés, les mûres, la choucroute, les légumes lacto-fermentés, le vinaigre de cidre, la levure de bière, les poireaux, les asperges, l’ail, les oignons, les bananes, les tomates, l’artichaut et le cacao en contiennent davantage.


Par extension, une alimentation à 80% végétarienne est bonne pour la santé intestinale. Pour ce qui concerne les protéines, il apparaît qu’elles déclenchent le mécanisme de la satiété et donc la détente du nerf vague.


Pour diminuer l’inflammation générale dont on sait qu’elle est responsable de la plupart des maladies chroniques, privilégions tout de même les volailles et les petits poissons. Pour finir, les graisses végétales et anti-oxydantes comme l’huile de coco sont des amies du nerf vague.











 

Pour aller plus loin , voici quelques pros formés à la théorie polyvagale :

  • Isabelle Sternotte (Ostéopathe D.O) 0479 36 88 04

  • France Bairin (Nutrithérapeute)

  • Caroline Grenade (Coach)

  • Nerfvague.fr le site d’Eric Marlien où figurent les personnes formées qu’ils soient psychothérapeutes, hypnothérapeutes ou ostéopathes.

  • Pleineconfiance.com le site de Ludovic Leroux et les coachs formés à la théorie polyvagale.


Bibliographie :


(1) Leroux Ludovic : Nerf vague, éd. Eyrolles, 2023, 222p.

(2) Porges Stephen : Théorie polyvagale et sentiment de sécurité, EDP Sciences, 2022, 256p.

(3) Marlien Eric : Nerfvague.fr et Géopse-formation.fr


Comentários


bottom of page