"J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé."

Search

Le curcuma, l’épice miracle ?


Le curcuma est l’une des plantes les plus étudiées au monde : de nombreuses recherches scientifiques sont publiées à son sujet chaque année. Depuis une décennie, en effet, le curcuma en tant que complément nutritionnel fait la Une dans nos foyers occidentaux. Cependant, pour bénéficier de ses multiples vertus, il est essentiel de l’utiliser sous certaines conditions.



Originaire d’Asie du Sud-Est, le curcuma longa (le plus utilisé) est une plante herbacée qui appartient à la famille des zingibéracées, tout comme le gingembre, dont le rhizome est utilisé tant en cuisine qu’en médecine depuis des milliers d’années. Dans la pratique ancienne ayurvédique, les jus et pâtes de curcuma étaient préparés quotidiennement afin de pouvoir les consommer frais et bénéficier ainsi de tous leurs nutriments. Des massages à la poudre de curcuma étaient d’usage pour les malaises cardiaques.


Curcuma en sanskrit kunkuma, ranjani, signifie « ce qui donne la couleur », d’où son nom de « safran indien » dû à sa teinte jaune.


LE CURCUMA ET LA CURCUMINE

Sa teneur élevée en polyphénols que sont les curcuminoïdes dont la curcumine présente à 80%, lui confère une action anti-oxydante et anti-inflammatoire particulièrement puissante. Le curcuma est réputé pour calmer la douleur, traiter l’arthrose, les MICI (maladie inflammatoire chronique intestinale), les infections bactériennes et virales, les pathologies ophtalmologiques (rétinopathie diabétique, glaucome), stimuler le foie, freiner la dégénérescence cérébrale (Alzheimer), etc. Le curcuma ralentirait le développement de plusieurs cancers. Combiné à la radiothérapie et à la chimiothérapie, il en diminuerait les effets secondaires (nausées, chute du système immunitaire, …) et inhiberait

la prolifération tumorale.


Cependant, la curcumine est très mal absorbée par le tube digestif …

Dès lors, on constate que dans bon nombre de gélules de curcuma, on y associe de la pipérine (poivre noir) afin de faciliter l’absorption de la curcumine en augmentant ainsi la perméabilité intestinale, ce qui n’est pas souhaitable, sachant qu’un intestin poreux engendre des allergies, voire des maladies auto-immunes.

Que faire pour une assimilation plus efficace ?

En complémentation, prendre le curcuma durant le repas, associé à de bonnes graisses. En cuisine, que ce soit en poudre ou frais (râpé ou en jus), le combiner à du fenugrec, du gingembre et une bonne huile extra vierge optimalisera son assimilation.


DES JUS DE CURCUMA PRÊTS À L’EMPLOI

Sans aucun additif, ces jus permettent à l’organisme de bénéficier du totum de la plante, dont les huiles essentielles facilitent l’assimilation de la curcumine. Grâce à sa méthode d’extraction, toutes les qualités nutritives de la plante sont préservées. Disponible dans les magasins biologiques.


Un petit verre vitalisant

1 c. à s. de jus de curcuma, 200 ml de jus de carotte fait maison, 1 c. à c. d’huile de noix. Energie garantie !


ATTENTION:

La complémentation de curcuma est à déconseiller en cas de lithiases biliaires, de traitements anticoagulants ou de saignements abondants.









Naturopathe, conseillère en nutrition et hygiène vitale

Auteure du livre « Soyez acteur de votre santé », publié aux Editions Racine

reset@icone.be

http://reset.icone.be/Les-4-ateliers

Articles du dernier numéro