top of page
Ancre 1

"J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé."

Search

La pratique du Qi-gong comme voie d’éveil à la Présence


Le Qi-gong ou «culture de l’énergie vitale» est une forme ancestrale de yoga taoïste. Sa pratique est le fondement même de tous les arts martiaux. Il existe des centaines de formes de Qi-gong, associées à des centaines d’écoles ou lignées de pratiques taoïstes. Certaines formes comprennent de nombreux mouvements physiques, alors que d’autres sont essentiellement internes à savoir axées sur la respiration, le son et la visualisation d’une manière qui ne nécessite que peu ou pas de mouvements physiques.


En dépit de leurs différences, il existe des mécanismes communs à toutes les formes de Qi-gong. L’axiome principal de la pratique est « l’énergie suit l’attention », c’est-à-dire que là où nous plaçons notre attention, le « Qi » (l’énergie vitale) s’y déplace et s’y concentre.

Principes taoïstes

Certains principes peuvent nous aider à comprendre la pratique du Qi-gong dans un contexte psycho-spirituel plus large. Il est généralement admis que les innombrables formes de Qi-gong sont historiquement associées aux arts taoïstes de guérison, mais il est également reconnu que de nombreuses pratiques importantes découlent directement de la tradition bouddhiste.


Les formes les plus courantes comprennent des techniques pour la conservation, le stockage, le raffinage de la circulation et de la transmission du « Jing » (pure essence) et du « Qi » pour restaurer et maintenir la santé ainsi que pour accroître la force et l’endurance. Un pratiquant peut ainsi progressivement améliorer sa santé aux niveaux physique, énergétique et psychologique.


L’une des caractéristiques de la pratique taoïste est l’importance du corps comme laboratoire dans lequel « Jing », « Qi » et « Shen » (esprit individuel) sont progressivement affinés et transmutés en niveaux d’énergie de plus en plus subtils. Dans la tradition taoïste, un corps sain jouissant d’une bonne longévité — l’objectif de la plupart des Qigong — est considéré comme le fondement de la réalisation spirituelle (alors que d’autres traditions voient souvent le corps comme un obstacle à cette réalisation).



Une ouverture à la Présence

Si nous sommes prêts à suspendre un instant l’image que nous avons du Qi-gong et notre compréhension conventionnelle de cette pratique, cela ouvre une perspective plus profonde et simple du « travail avec le Qi ». Une approche davantage alignée sur les principes taoïstes de « Wu Wei » (non-effort) et de « Wu Chi » (sans-forme). Ainsi, au-delà du maintien de la santé et du développement de l'énergie interne, la pratique permet également de nous ouvrir à l’espace de la Présence- Conscience qui est simultanément la source et le contenant de tous les phénomènes.

Certains enseignants suggèrent que la forme de Qi-gong « la plus haute » trouve sa pleine expression dans les postures debouts et statiques. Ainsi, une pratique comme «Zhan Zhuang» («debout comme un arbre») qui consiste simplement à se tenir debout, détendu et avec un esprit vacant, permet aux énergies internes de libérer les tensions résiduelles et les noeuds logés dans les structures musculaire, nerveuse et squelettique du corps. Ce type de pratique, dont il existe de nombreuses variantes est un magnifique exemple de « Wu Wei » (non-effort) qui invite à une utilisation du Qi-gong comme portail vers la Présence- Conscience. Une technique simple et directe pour pénétrer au coeur de la Conscience. En fait, le mot «technique» (ou «méthode») est ici inadapté car il n’y a aucun effort à fournir, ni nulle part où aller. C’est la Voie de la non-voie ou du sans-forme (« Wu Chi »). Il s’agit de devenir de plus en plus « conscient d’être conscient » ou, mieux, de devenir présent à « ce qui est conscient d’être conscient ». Comme si la flèche de l’attention s’inversait à 180° et se retournait vers sa Source. Evidemment, à l’image du regard qui ne peut se contempler lui-même, le mental ne peut « saisir » cette Permanence d’arrièreplan, tout comme un objet ne peut saisir le sujet qui le perçoit…


Être sans mémoire

En approchant la pratique du Qi-gong par cet angle, le corps et le Qi deviennent de simples objets d’observation. Aucune posture particulière, visualisation ou technique respiratoire n’est nécessaire ou préférable. Il n’y a aucune intention de modifier quoi que ce soit à l’expérience présente. Et si une telle intention venait à émerger, elle est simplement vue et reconnue comme telle, sans étiquetage ou saisie particulière. Evidemment, il est possible d’utiliser toutes les postures du Qi-gong à cet effet, mais une posture statique est plus facile au début. Ensuite, toute pratique issue du Qigong (et même d’une autre discipline ou de la vie quotidienne) peut devenir un véhicule pour l’approfondissement de la Conscience- Présence. Ainsi, les attentes, images, projections ou références aux expériences passées se libèrent d’elles-mêmes, ce qui permet le déploiement d’un état qui s’apparente à « être sans mémoire » au centre de l’ici et maintenant, au coeur du déploiement de la Vie.

Alors, le Qi-gong aura accompli sa tâche ultime et pourra, si tel est le souhait du pratiquant, être abandonné car lorsque la flèche atteint le coeur de la cible, la main s’ouvre et laisse aller l’arc…






 

RÉFÉRENCES :

• Dao de l'harmonie - Quintessence du Qi Gong » de L. Jian chez Quimétao

• Qi Gong, Pratique des Classiques Originelswww.iteqg.com

• Qi Gong — Cheminer dans le bien-être, de B. Rogissart aux Ed. de la Tortue de Jade

• article de Gunther M. Weil, Ph.D. (embracethemoon.com),

• taoism.about.com

• taoistsanctuary.org


Comments


bottom of page