"J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé."

Search

L'ortie et l'ail des ours, de savoureuses plantes sauvages



L’ortie fait partie de la famille des Urticaceae.


Son nom est issu du verbe latin urere qui signifie brûler. La grande ortie (Urtica dioca) pouvant atteindre un 1,50 m et l’ortie brûlante (Urtica urens), plus petite, sont deux variétés très répandues dans nos contrées. Cette plante connue pour ses propriétés médicinales et nutritionnelles, l’est également pour sa fibre textile ou encore comme fertilisant pour nos potagers.


L’ail des ours (famille des Alliacées), un ail sauvage, doit son nom à une légende des montagnes : à l’aube du printemps, au sortir de leur hibernation, les ours venaient s’en régaler.




ATOUT SANTÉ


L’ortie, riche en minéraux, est recommandée en cas d’acidose chronique. Elle soulage les allergies comme le rhume des foins. Diurétique, elle est utile en cas de rhumatisme, de goutte et de soucis de peau. Sa teneur en protéines en fait un aliment de choix pour les végétariens.


L’ail des ours, plus digeste et au goût plus subtil que l’ail commun, présente les mêmes propriétés médicinales, mais à des concentrations supérieures. Il est hypotensif, antioxydant, dépuratif et antibactérien. Très utile en cas de candidose.



BON À SAVOIR :


Comment ne pas se piquer lors de la cueillette d’ortie ?

Coupez l’extrémité de la plante en la ramassant du bas vers le haut. Ou utilisez des gants.

L’ortie perd son pouvoir urticant une quinzaine d’heures après avoir été cueillie ou après avoir été cuite, broyée ou séchée.


ATTENTION, ne pas confondre l’ail des ours avec le muguet dont les feuilles sont toxiques.



 

Recette proposée par Karin Schepens, Naturopathe