top of page
Ancre 1

"J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé."

Search

L’automne, la saison de la sérénité



C’est la rentrée de septembre ! L’été avec son abondance de lumière et son énergie expansive nous fait doucement sa révérence pour laisser place à l’automne, avec un Yang finissant et un Yin naissant permettant d’accueillir l’hiver.


En Occident, l’automne commence le 21 septembre, un moment particulier où la durée du jour est égale à celle de la nuit. Progressivement, les journées raccourcissent, les températures se rafraîchissent et les feuilles des arbres aux couleurs chatoyantes virevoltent au gré du vent pour se poser au sol, l’enrichir et le fertiliser. C’est le temps de laisser partir «l’ancien» pour se préparer à accueillir le «nouveau», l’esprit serein.



L’automne : la saison du poumon et l’élément métal


En médecine traditionnelle chinoise (MTC), les poumons et le gros intestin sont associés à l’automne, la saison qui régénère notre immunité.


Les poumons gouvernent le Qi et la respiration. Il inhale l’oxygène (Qi pur) et expire le dioxyde de carbone (Qi impur). Ils apportent l’essence vitale, l’énergie universelle dans tout l’organisme.


Ils contrôlent également les méridiens et les vaisseaux sanguins. La frilosité au niveau des pieds et des mains, selon la MTC, peut exprimer une faiblesse de l’énergie du poumon.


Le gros intestin, quant à lui, gouverne les fluides, contrôle la transformation, le transport et l’évacuation des déchets inutiles, tant au niveau physique que psychologique.


Si nous sommes en harmonie avec notre environnement, nous serons en bonne santé. En revanche, si nous nous en écartons, l’énergie de ces deux organes risque d’être en déséquilibre. Notre santé s’en ressentira et nous pourrons éprouver de la fatigue, de la déprime, souffrir de sinusite, de rhinite, de constipation, de rhumatisme, …



« L'automne raconte à la terre les feuilles qu'elle a prêtées à l'été. »

[Georg Christoph Lichtenberg, philosophe et physicien]



L’automne : la saison de la mélancolie


Tout comme la nature et ses cycles, nos émotions sont liées à ce processus naturel. Il est normal au vu de l’énergie descendante de l’automne liée à l’élément métal que nous éprouvions de la tristesse, de la mélancolie qui nous incite à nous replier sur nous.


Cependant, tentons de nous replier en nous et de nous ancrer. C’est le temps de l’intériorisation, de revenir à l’essentiel et de lâcher prise. Comme l’arbre qui laisse tomber ses feuilles, se sépare de ce qui ne lui est plus utile, il ancre ses racines au plus profond de la terre pour rester fort et pouvoir donner naissance à de nouvelles feuilles verdoyantes pleines de vitalité.



BON À SAVOIR :


Cultivons la joie de l’instant. Observons notre mental, notre état d’esprit. Si la mélancolie vient à frapper à notre porte, pensons à un moment heureux, posons-nous et prenons une bonne respiration. Si l’énergie universelle dont le Poumon est le maître circule dans tout l’organisme, avec fluidité, la tristesse se dissipera. Notre système nerveux se met en mode parasympathique et l’organisme s’apaise.



En automne, créons de l’espace


L’élément Métal nous invite à garder notre sang froid, à mesurer nos actes et nos paroles, à quitter de vieilles croyances et tout jugement, à accepter les situations telles qu’elles sont.


Accueillir Ce qui est, avec sérénité.


Il induit le sens de l’ordre, de la régularité et nous incite à nous structurer, à mettre des rituels en place, qui nous rassurent.


Toutefois, s’en écarter et en créer d’autres nous enrichit et renforce le Qi des Poumons. L’automne est la période idéale pour créer de l’espace tant dans notre tête que dans nos armoires. Se débarrasser du superflu pour ne garder que l’essentiel.


Pensons à la sensation de bien-être que nous éprouvons lorsque nous trions nos papiers, que nous nous débarrassons de vieux vêtements, d’objets inutiles. Nous nous sentons plus légers.


En effet, c’est l’élément Métal, en chacun de nous, qui est ainsi fortifié !



Le poumon, le maître des souffles


Afin d’accueillir le souffle au mieux, il convient de lui offrir de l’espace. Lorsqu’on respire correctement, le diaphragme descend dans la cavité abdominale, offrant un massage aux organes. Lors de l’inspiration, ils sont comprimés en douceur, ce qui permet d’en extraire le sang usé, puis la pression est relâchée lors de l’expiration, ce qui apporte un sang fraîchement oxygéné.


Des mouvements lents et une respiration profonde depuis le diaphragme, comme il est pratiqué dans le yoga, le Tai Chi ou le Qi Gong, permettent d’optimiser l’oxygénation de notre organisme et de contribuer à l’équilibre acido-basique. Des exercices doux, sans force musculaire, permettent d’éliminer des déchets cristalloïdes présents dans les articulations et de garder une souplesse du corps. Le sang et la lymphe ainsi pompés, facilitent le drainage des toxines et l’évacuation des déchets vers les organes d’élimination. David Servan-Schreiber, dans son livre Guérir, nous propose de reporter consciemment notre attention sur la région du cœur, dans notre poitrine et de visualiser que nous respirons à traverser le cœur. Ensuite, nous nous connectons à la sensation de chaleur dans la poitrine avec la pensée et le souffle. Pendant cet exercice, nous dit-il, on constate parfois qu'un sourire monte doucement aux lèvres, comme s'il était né dans la poitrine et venu éclore sur le visage. C'est un signal tout simple que la cohérence s'est établie.


Il existe une analogie entre le rythme du cerveau émotionnel (le système limbique) et le rythme du cœur. Lorsqu’il y a du stress, il est ainsi possible de rétablir une cohérence des deux rythmes afin de retrouver équilibre et apaisement. La cohérence cardiaque est une méthode qui permet d'apprendre à contrôler sa respiration afin de réguler son stress et son anxiété. Elle aiderait également à réduire la dépression et la tension artérielle si elle est pratiquée régulièrement.


Le son de guérison des poumons « ssss » se pratique en plaçant les bras au dessus de la tête. Les paumes sont tournées vers le ciel.



CONSEILS PRATIQUES POUR BIEN RESPIRER


Connaissez-vous le LOTA ?


C’est un petit ustensile qui fait penser à un arrosoir très utile pour dégager tout encombrement de la sphère ORL. Il est issu de la tradition orientale, utilisé au quotidien par les yogis.

Le lavage de nez avec de l’eau salée est une pratique très ancienne. En sanskrit on l’appelle JALA NETI, «nettoyage par l’eau».


Il est conseillé en prévention ou pour soigner des rhinites, des sinusites, voire même des allergies et le rhume des foins. Et qui plus est, il peut aider à supprimer les ronflements !

Les mucosités et les poussières éliminées, facilitent la respiration, raffermissent les muqueuses et améliorent l’acuité olfactive et gustative.

Des plantes décongestionnantes : l’eucalyptus, le plantain, le thym, le pin sylvestre.

Le radis noir un excellent expectorant naturel qui fluidifie les mucosités.

Un sirop fait maison : 2 radis en lamelles, macérés pendant 12 h recouverts, au frigo avec le même poids de sucre. Se conserve 2 jours. Utile en cas d’asthme, de bronchite, de sinusite.


SOUTENIR NOTRE SYSTÈME IMMUNITAIRE


Tentons encore de profiter au maximum de la lumière naturelle pour synthétiser la vitamine D, essentielle à notre système immunitaire. Une complémentation s’avère néanmoins nécessaire d’octobre à avril.


Pensons également aux vitamines A, C et B, aux oméga-3, au zinc, à l’échinacée, à la propolis, au pollen frais, au plasma marin riche en oligo-éléments.



La diététique de l’élément métal


La saveur piquante des épices (curcuma, coriandre, gingembre, cardamome, cannelle, poivre, moutarde) et de certains légumes (poireaux, oignons, ail, chou, radis noir, navet, céleri,…) est recommandée pour soutenir l’énergie Métal.


La cure de raisins


L’automne étant une saison dépurative, une mono-diète de 2-3 jours permet de détoxiner l’organisme et d’apporter un regain d’énergie. ATTENTION si l’on souffre de tout type de diabète, cette cure n’est pas conseillée, en raison du sucre contenu dans ce fruit.



La magie de la forêt


Qu'elle est belle la forêt aux couleurs flamboyantes, en ce début d’automne, une saison qui nous invite à ralentir, à prendre le temps de sentir, d’écouter, de toucher, d’observer notre terre nourricière. Rappelons-nous que l’élément Métal, s’il est équilibré, nous apporte sérénité, joie et confiance en nous. La sylvothérapie est devenue très tendance pour les citadins stressés d’aujourd’hui.


Le concept de jardin-forêt prend également beaucoup d’ampleur. On avait oublié combien la nature est généreuse et comme il est salutaire d’être en harmonie avec elle. Savez-vous que selon Hildegarde de Bingen, abbesse allemande du XIIème siècle, la châtaigne dissiperait les états de tristesse et apporterait la joie.


Alors, enfilons nos bottes et allons respirer à plein poumon les senteurs d’humus et de champignons. Allons écouter le craquement des branches, le bruissement des feuilles sous nos pas, la brise qui les fait danser, le chant des oiseaux. Observons ce festival de couleur carmin, d’or et de cuivre. Silencieux, asseyons-nous et touchons ces oreillers de mousse douce et verdoyante... peut-être apercevrons-nous un écureuil ou une biche. Le cœur paisible, nous ramènerons dans nos chaumières des paniers remplis de noisettes et de châtaignes. Nous les dégusterons en famille, avec des amis au coin d’un bon feu rassurant qui réchauffe nos cœurs. Qu’il est bon de vivre l’automne !











 

Naturopathe, conseillère en nutrition et hygiène vitale

Auteure du livre « Soyez acteur de votre santé », publié aux Editions Racine











bottom of page