"J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé."

Search

L’achillée millefeuille




C’est le plus souvent au cœur de l’été, après le solstice, alors qu’il fait très chaud, qu’en se promenant à la campagne le long des chemins, sur les talus ou dans les prés secs, on apercevra des touffes de fleurs d’un beau blanc.


En cherchant bien, on trouvera beaucoup plus d’achillée que l’on pourrait le penser au premier abord. En effet, elle reste souvent à l’état de « gazon » sans fleurir durant des années, dans les prés, les pelouses plutôt sèches. On la trouvera toujours en pleine lumière dans des stations calcaires ou siliceuses. C’est une véritable plante des prairies et pâturages plutôt tassés et surpâturés. C’est une plante dont l’habitat est lié à l’agriculture et l’activité humaine. Dans les prés, elle est l’une des plantes les plus résistantes à la sécheresse, ce qui lui permet de prendre le dessus sur les autres plantes. Sa forme varie beaucoup selon la station où elle pousse, montrant sa grande sensibilité aux conditions environnantes que ce soit la nature du sol ou l’intensité de la lumière et de la chaleur.


Synthèse

L’ambiance de l’achillée est plutôt retenue et sèche. Une chaleur sèche et un air aromatique nous entourent avec une grande masse de fleurs denses et de nombreux insectes. Ceci évoque l’ambiance des processus de maturation et de durcissement accompagnant la formation des fruits et des graines au cœur de l’été. De ce point de vue, on a presque l’impression que l’inflorescence d’achillée est un processus fruit dans le sens où elle exhale peu de parfum mais plutôt se concentre, referme, dessèche, densifie. Jusqu’en hiver et même au printemps suivant, les pousses et graines de l’année écoulée restent en place, sèches et persistantes. Si l’on reprend le geste global : fort ancrage au sol qu’elle couvre d’un tapis vert dense finement différencié et, vers le haut, un geste que l’on retrouve dans les feuilles et fleurs une très grande finesse de division des organes (feuilles et fleurs) qui sont cependant réunis pour former un tout et ensuite centrés par une tige rigide droite. Ce geste évoque donc la capacité à rassembler des éléments dispersés, tout en organisant, structurant l’ensemble. On peut retrouver ces qualités dans certaines propriétés de l’achillée. Elle canalise et fait circuler les liquides dans l’organisme. C’est par exemple une bonne tisane du matin qui aide à se saisir, à « rassembler ses esprits » au réveil. Elle peut aussi arrêter les petits écoulements sanguins, raison pour laquelle on l’appelait herbe aux charpentiers…


Un aspect complémentaire de son geste est le fait que tout en étant bien présente dans le paysage elle ne s’impose pas ; elle évoque par sa présence une sorte de force tranquille, rassurante, une présence amicale.


Pour la santé

Jadis, l’achillée, considérée comme une panacée avait de très nombreux usages. Redécouvrons cette herbe de Saint Jean. En usage externe, l’infusion des fleurs ou un extrait alcoolique peuvent être utilisé contre les blessures, les

coupures ou les hémorroïdes.


En usage interne, elle est d’un coté tonique pour le système veineux et pour faire circuler le sang, agir contre les hémorroïdes. D’un autre côté, elle est aussi un excellent tonique stimulant utilisé contre l’épuisement (adynamie, affections cardio-vasculaires, etc.). A ceci il faut ajouter ses propriétés pour lutter contre les troubles gastro-

intestinaux, soigner le manque d’appétit et favoriser la sécrétion biliaire.


Au jardin et en agriculture

Les fleurs d’achillée fermentées font partie des 6 préparations biodynamiques ajoutées à la fumure. Le jardinier qui veut bénéficier pour son terrain des propriétés du compost biodynamique avec les préparations peut employer une formule plus simple d’emploi : le compost de bouse, un compost liquide à pulvériser.


De plus, la pulvérisation d’infusion de fleurs permet d’aider les cultures à mieux supporter les grandes chaleurs estivales et à mieux assimiler la potasse du sol. En pratique, il est conseillé d’utiliser 2 à 5 g de fleur sèche pour 1000 m2. Trois à quatre litres d’eau sont portés à faible ébullition, autour de 90°C, puis nous y laissons infuser l’achillée. En général, le praticien prévoit la préparation de la tisane la veille du traitement et laisse infuser toute la nuit pour manipuler le matin le liquide qui aura refroidi.


A essayer lors des prochaines canicules estivales !


C’est vraiment une plante à accueillir dans votre jardin.




Par Jean-Michel Florin,

formateur et botaniste au MABD.



Articles du dernier numéro