Search

Connectons-nous au futur qui émerge : le voyage GAIA



Un monde en crise profonde. Nous traversons un moment incroyable.


Que l’on parle à des PDG et à des cadres de petites ou de grandes entreprises, à des responsables de mouvements locaux, à des fonctionnaires (en privé) ou à des chefs de département de grandes institutions internationales, tout le monde sait que ce que nous faisons actuellement n’est pas durable. Individuellement, presque tout le monde veut quelque chose de différent. Pourtant, collectivement, nous continuons à produire les mêmes résultats, qui se manifes- tent par l’approfondissement des trois grands clivages de notre époque : le clivage écologique (la déconnexion entre soi et la nature), le clivage social (la déconnexion entre soi et l’autre) et le clivage spirituel (la déconnexion à soi-même).


[VIDÉO : Otto Scharmer : ce moment et le choix]

Dans son article « Une nouvelle superpuissance en devenir », Otto Scharmer – maître de conférences au Massachussetts Institute of Technology (MIT)– liste une série de points précisant les observations énoncées ci-dessus :

1. Tout ce que nous savions ne pas être durable s’effondre maintenant : quels enseignements clés pouvons-nous tirer de ce moment collectif ?

2. Au fur et à mesure que les systèmes s’effondrent, les gens élèvent leur pensées et leurs actions : la résilience de l’esprit humain, l’activation de l’amour profond et de l’action altruiste, et les liens profonds que les humains ressentent les uns envers les autres dans ce moment de crise sont émouvants et impressionnants.

3. Connexion : nous sommes un seul système. Nous savons maintenant que le fait d’ignorer notre condition fondamentale d’interconnexion nous conduit à concevoir des institutions qui échouent complètement dans des moments comme celui que nous sommes en train de traverser.

4. Une nouvelle superpuissance : l’action collective basée sur la sensibilisation (ABC - Awareness-Based Collective Action). Au cours des dernières semaines, nous avons presque miraculeusement transformé notre comportement collectif à l’échelle planétaire.

5. Défaillances systémiques : Grand gouvernement, Grand marché, Grande Technologie (Big Data). Nous constatons un échec institutionnel majeur lié en particulier à l’échec de ces trois institutions qui sont habituellement célébrées pour leurs succès passés.

6. Arrêt : lorsqu’on est confronté à des perturbations, on doit se réveiller. Il faut cesser de «télécharger» les schémas du passé et apprendre à être pleinement conscients face à quelque chose d’inédit.

7. Choix : lors du réveil, on a un choix dans la façon dont on réagit à toute situation. On peut réagir en se détournant, ou au contraire en se tournant vers, en activant les niveaux les plus profonds de notre humanité.

8. Ré-imaginer notre civilisation : nouvelles infrastructures d’innovation. Il est temps d’agir à la fois en tant qu’individus et que collectif, en créant trois nouveaux types d’infrastructures d’innovation sociétale : l’apprentissage, la démocratie et l’économie.

9. Écosystèmes co-créatifs : mise à jour de nos systèmes d’exploitation et cultivation des champs de connexion pour une action co-créative qui découle d’une conscience partagée.

10. Ce que nous pouvons faire maintenant : semer la «superpuissance en devenir” liée à notre capacité à renvoyer le faisceau d’observation sur nous-mêmes.


De nouvelles possibilités

Le coronavirus brandit un miroir devant nous. Il nous oblige à prendre conscience de notre propre comportement et de son impact sur le collectif, sur le système. Ce miroir nous invite urgemment à faire quelques sacrifices personnels qui profitent à l’ensemble - à déplacer notre état intérieur de l’ego à l’éco.

La crise du coronavirus nous apprend que chacun de nous, séparément et ensemble, pouvons changer le système. C’est une puissante démonstration que nous sommes mondialement interconnectés. Nous formons un tout. Les efforts mis en place pour ralentir la propagation du virus (auto-isolement et éloignement social) sont la preuve concrète non seulement que notre comportement peut effectivement changer le système et que face à une crise d’ampleur planétaire il est impératif de travailler collectivement à de nouvelles solutions, mais aussi que c’est une occasion inespérée pour rebâtir les fondations d’un système qui s’est heurté à ses propres limites écologiques, sociales et spirituelles.


Le COVID-19 a mis en lumière notre situation de crise et, fait intéressant, a accompli davantage pour réduire les émissions de CO2 en quelques semaines, que tous les débats combinés sur le climat depuis des années.



Le voyage GAIA Le projet GAIA - acronyme pour “Global Activation of Intention and Action” (Activation Globale de l’Intention et de

l’Action) - a été mis en place seulement douze jours après que l’idée eut germée au sein du Presencing Institute, sous la houlette d’Otto Scharmer et Antoinette Klatzky.

Le Presencing Institute a été fondé en 2006 par Otto Scharmer et un groupe d’enseignants chercheurs du MIT pour créer une plateforme de recherche-action à l’intersection entre science, conscience et changement sociétal et organisationnel. Le Presencing Institute propose de nombreuses formations à la Théorie U* ainsi qu’un accompagnement auprès des institutions.

Dans son article « Une nouvelle superpuissance en devenir », Otto Scharmer écrit : « Où que j’aille dans le monde et quel que soit mon interlocuteur, je m’aperçois que les personnes expriment trois constatations simples et récurrentes :

-  Nous savons que notre civilisation actuelle n’est pas viable. Elle est sur le point de se heurter à un mur. En fait, elle est déjà au pied du mur. Et ce processus d’effondrement va s’aggraver considérablement si nous ne changeons pas de direction.

-  Nous voulons faire partie d’une autre histoire de l’avenir. Nous voulons contribuer à la réorientation de notre société.

-  Nous ne savons pas comment ni par où commencer ... »


GAIA est donc une toute récente infrastructure mondiale, créée spontanément par le Presencing Institute en réponse à la pandémie du COVID-19. Son intention est de nous permettre d’accueillir collectivement la crise, bâtir du sens commun et laisser ce moment nous aiguiller vers une régénération de notre civilisation. Comme toute grande épreuve, le COVID-19 nous met face à un choix fondamental : soit nous nous figeons et nous replions sur nous-mêmes, soit nous cultivons la présence et nous tournons vers les autres pour aider ceux qui en ont besoin.

Ce choix entre l’action égo-systémique ou éco-systémique se joue tous les jours, à chaque moment. Plus le monde s’enfonce dans le chaos et la confusion, plus grande est notre responsabilité à rayonner avec présence, compassion et confiance dans les actions concrètes possibles.


[VIDÉO : Antoinette Klatzky : un monde nouveau]

Un démarrage remarquable et un mouvement en croissance

GAIA est un parcours de 14 semaines, une sorte de voyage articulé autour d’une plateforme en ligne où les participants peuvent se connecter les uns aux autres, grâce à des conférences interactives en plénière tous les quinze jours en alternance avec des pratiques en petits groupes, qui permettent de sentir collectivement la réalité actuelle et la réa- lité en émergence. L’équipe de francophones a rejoint l’initiative du Presencing Institute pour proposer GAIA en langue française sur 12 semaines, invitant à une respiration collective qui mènera vers le Global Forum en ligne les 10 et 11 juillet.

A peine deux semaines après le démarrage, plus de dix mille personnes s’étaient déjà inscrites à ce parcours en ligne

gratuit de quatre mois. Une équipe mondiale de plus de cent volontaires avait commencé à co-créer une série d’événements d’apprentissage approfondi pour les participants du monde entier, dans cinq langues différentes - en anglais, espagnol, portugais, allemand, néerlandais. Depuis le 13 avril le parcours est disponible en français.

Le projet GAIA a été lancé avec une série d’événements comprenant des contributions d’encadrement, des pratiques d’écoute profonde, des petits groupes de discussion, de l’immobilité intentionnelle, de la journalisation réflexive, des performances musicales en direct et de la «résonance d’image sociale». Tout cela s’est déroulé en utilisant la technologie digitale Zoom, avec l’apport d’une équipe de techniciens spécialisés qui ont permis de relier quatre salles virtuelles de conférence pour n’en faire qu’une, mettant ainsi plus de mille personnes en interaction directe les unes avec les autres.

Tout cela s’est passé sans grande planification et avec peu de moyens, en vérité sans même un véritable budget. Des événements qui prennent habituellement un an à planifier sont soudainement devenus faisables en quelques heures. L’intention du voyage de GAIA est d’aider à cultiver le sol : semer, soutenir et activer davantage le mouvement d’éveil, dès maintenant. Le déplacement de notre attention nous permet de nous voir à travers les yeux des autres, de garder notre regard concentré sur notre comportement collectif et de prendre conscience de nos propres points aveugles - afin de remodeler la courbe, de ré-imaginer la civilisation pour combler les fractures écologiques, sociales et spirituelles.

L’engouement du public pour GAIA est très probablement la preuve que quelque chose de beaucoup plus grand est en train d’émerger. Elle signale l’éveil d’un mouvement qui est en train de prendre forme sur toute la planète. C’est l’activation d’un désir profond et largement répandu d’un renouveau sociétal et civilisationnel. Quiconque se sent appelé à y prendre part est le.a bienvenu.e


[VIDÉO : vidéo des participants]









Anne-Sophie Dubanton - Linkedin

Rachel Hentsch - LinkedIn

Liens et ressources pour en savoir plus... et rejoindre GAIA !

Source d’informations : www.presencing.org Attributions et reconnaissance pour des morceaux de textes qui ont été extraits et adaptés à partir de : • La traduction par Opaline Lysiak de l’article de Otto “Les Huit Leçons Émergentes d’Otto Scharmer : du Coronavirus à l’Action pour le Climat” (mars) ; • La traduction par Juliette Espié de l’article d’Otto “Une nouvelle superpuissance en devenir” (avril) ;

• Le travail de toute l’équipe GAIA francophone pour créer Le guide du Voyage GAIA Francophone

31, Rue de la Terre Franche

5310 Longchamps, Belgique

hello@etreplus.be

Tél : 081 43 24 80

  • White Facebook Icon

© 2019-2020 Être Plus. Tous droits réservés.